Taille police

SCREEN

Profil

Cpanel

Un colley au hasard...

ginger-27-5-12-4.jpg

Myélopathie dégénérative

 
Contre la DM, nous nous engageons :
  • A ne produire aucun chien DM(-/-).
  • A dépister tous nos reproducteurs.
  • A publier le statut de nos chiens.

 Et vous, que comptez vous faire...?

Nos amis...

Dysplasie rénale juvénile

Reins dysplasiques

La dysplasie rénale juvénile (Juvenile renal dysplasia JRD) est une affection héréditaie qui touche plusieurs races. Le Lhassa Apso et le ShiTsu sont les race les plus touchées mais aussi les Caniches, les Malamutes, les Soft-coated Wheaten terriers, les Golden retrievers , les Chow Chow, les Schnauzers nains, les Rhodesian Ridgeback , les Border terrier, les Cockers Anglais , les Bouviers Bernois, un Braque de Weimar , un Bull mastiff, les Boxers, les Harriers Finish, les Cairn terrier et les chiens de leurre néerlandais. Le collie peut-être touché par cette maladie.

Elle est causée par une anomalie du développement embryonnaire rénal où à la naissance va persister dans l'organe des structures embryonnaires à coté de structures mature et cela dans une proportion variable. Plus il reste de tissus immature (peu ou pas fonctionnel) plus la fonction rénale est altérée. Les reins dysplasiques sont plus petit, bosselés, déformés et pâles.

Signes cliniques : ce sont ceux de l'insuffisance rénale d'origine tubulu-interstitielle. Le chien boit beaucoup et urine énormément (syndrome polyuro-polydipsique), est fatigable anormalement et apathique. 

Diagnostic : les analyses sanguines vont mettre en évidence une augmentation de la créatinine traduisant l'insuffisance rénale chronique. En échographie les reins sont petits, irréguliers et leur différentiation cortico-médullaire est altérée. Une biopsir rénale confirmera le diagnostic en montrant la coexistance de glomérules foetaux immatures et adultes ainsi que d'aures structures histologique immatures (tubules, vaisseaux...)

L'évolution chez les chiens atteints se fait vers le décès par insuffisance rénale progressive. Une alimentation pauvre en phosphore et en potassium peut aider à prolonger de quelque mois la vie. La dialyse n'est évidemment pas envisageable en chronique chez le chien.

Hérédité : l'affection, si elle est unique, ce qui n'est pas encore assuré, se transmet sur un mode autosomal dominant à pénétrance variable. C'est à dire qu'une seule copie du gène suffit pour que le chien développe la maladie (à la différence des maladie autosomique récessives comme la DM, où il faut que le chien soit porteur de deux copie du gène pour être malade). Cependant la pénétrance variable fait que les sujets porteurs d'une ou deux copies du gène ne vont pas forcément développer la maladie ou encore faire des formes moins sévères.

La société DOGenes, au Canada, développe un test génétique (coût 130$) : voici un lien vers leur site.
https://www.dogenes.com/index.html

Le laboratoire de génétique de l'université de Bern en Suisse souhaite conduire une étude sur ce sujet : 
voir leur site ici pour contribuer : http://www.genetics.unibe.ch/recherche/documents_spcifiques_aux_chiens/dysplasie_rnale_juvnile_jrd/index_fra.html

Qui est là ?

Nous avons 67 invités et aucun membre en ligne

Nos N° officiels

 Les Colleys de Cairngorms
SIRET 529 828 931 00012
TVA FR 88 529828931
Certificat de Capacité N° 56-296
N°Eleveur SCC : 560442
Affixe FCI N° 35857 (22/02/1982)
Membre du Club des Amis du Colley
Tel : (33) 02 97 650 650
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Accueil Le colley La santé du colley Dysplasie rénale juvénile